Open main menu

Translation:Dictionary of French Architecture from the 11th to 16th Century/Volume 6/Gargoyle

GARGOUILLEEdit

Gargolle, "guivre", "gun", "launcher". It is hardly but towards the beginning of the XIIIth century that one placed gutters and, consequently, gargoyles with the fall of the roofs. Hitherto, in the first centuries of the Middle Ages, the water of the roofs or the terraces drained directly on the public highway by means of the projection given to the cornices (see. GUTTER). With the cathedral of Paris, in time of Maurice de Sully; i.e. at the time of the completion of the chorus



in 1190, there were gutters and gargoyles; later, in the same building, about 1210 still, water of the gutters ran out on the projection of the drips, by means of spared drains of distance in distance. We see appearing the gargoyles, about 1220, on certain parts of the cathedral of Laon. These gargoyles broad, very few, made up of two sat, one forming laughs, other covering (1). Already however these gargoyles take the shape of fantastic animals, heavily cut, like letting see their structure. Soon the architects of the XIIIth century recognized that there was a considerable advantage to divide the water falls. That, indeed, avoided the long slopes in the gutters and reduced each fall to a very-thin filament of water which cannot harm lower constructions. The gargoyles were thus multiplied; by multiplying them, one could cut them finer, more slender, and the sculptors seized these projecting stones to make of it a reason for decoration of the buildings. The variety of the forms given to the gargoyles is extraordinary; we do not know two similar in France, and our monuments of the Middle Ages are covered with it. Many of these gargoyles are masterpieces of sculpture; it is a whole world of animals and made up characters with a great energy, alive, boldly cut by skillful and sure hands. These beings stick skilfully to the drips, are welded with architecture and give to the silhouettes buildings a particular character, marking their projecting points, showing the heads of the buttresses, putting forward the vertical lines. One can judge skill of the architects and sculptors in the combination and the execution of these launchers by the difficulty which one tests to combine them and to make them carry out. In the modern pastiches that one made of the Gothic buildings, it is extremely rare to see gargoyles which bind fortunately to architecture: they or are badly placed, or heavy, or too hails, or soft of form, the poor of invention, without character; they do not have this so remarkable real aspect in the old examples; they are impossible, ridiculous beings often, coarse caricatures deprived of style. Certain limestones of the basin of the Seine, like hard limestone-cliquard, marvelously lent themselves to the sculpture these long pieces of projecting stone on constructions. It was necessary, indeed, a rather firm matter, enough tough to resist, under these conditions, with all the causes of destruction which hastened their ruin. Also this in Paris or in the regions is where hard limestones are found, as in Tonnerre, for example, which one can still collect the most beautiful examples of gargoyles. Moreover the school of sculpture of Paris, with the Middle Ages, has on those of the close provinces an undeniable superiority, especially in what touches with the statuary.



Les gargouilles sont employées systématiquement à Paris vers 1240; c'est à Notre-Dame que nous voyons apparaître, sur les corniches supérieures refaites vers 1225, des gargouilles, courtes encore, robustes, mais taillées déjà par des mains habiles (2). Celles qui sont placées à l'extrémité des caniveaux des arcs-boutants de la nef, et qui sont à peu près de la même époque, sont déjà plus longues, plus sveltes, et soulagées par des corbeaux qui ont permis de leur donner une très-grande saillie en avant du *[?nû] des contre-forts (3).


À la Sainte-Chapelle du Palais à Paris, les gargouilles sont plus élancées, plus développées: ce ne sont plus seulement des bustes d'animaux, mais des animaux entiers attachés par leurs pattes aux larmiers supérieurs; leurs têtes se détournent pour jeter les eaux le plus loin possible des angles des contre-forts (4). Quelques-unes de ces gargouilles sont évidemment sculptées par des artistes consommés.


Nous avons indiqué, à l'article GÂBLE, comment les constructeurs gothiques, lorsqu'ils élevaient les grandes voûtes des nefs, ménageaient, provisoirement, des cuvettes dans les reins de ces voûtes, avec gargouilles extérieures pour rejeter les eaux pluviales dans les caniveaux des arcs-boutants jusqu'à l'achèvement des combles définitifs. Ces gargouilles provisoires devenaient définitives elles-mêmes, lorsque les chéneaux supérieurs étaient posés, au moyen d'une conduite presque verticale, descendant du chéneau jusqu'à ces gargouilles. Voici (5) une de ces gargouilles à double fin, provenant des parties supérieures de la nef de la cathédrale d'Amiens (1235 environ).


Les gargouilles sont doublées de chaque côté des contre-forts, comme à la Sainte-Chapelle de Paris, comme autour de la salle synodale de Sens, autour des chapelles du chœur de Notre-Dame de Paris; ou elles traversent l'axe de ces contre-forts, comme à Saint-Nazaire de Carcassonne et dans tant d'autres édifices des XIIIe et XIVe siècles, et alors elles portent sur une console (6); ou elles sont appuyées sur la tête même de ces contre-forts, comme autour des chapelles du chœur de la cathédrale de Clermont (7) [fin du XIIIe siècle].


C'est vers ce temps que la composition des gargouilles devient plus compliquée, que les figures humaines remplacent souvent celles d'animaux, ainsi qu'on le voit dans ce dernier exemple, qui nous montre un démon ailé paraissant entraîner une petite figure nue.


Il existe autour des monuments de cette époque bon nombre de gargouilles qui sont de véritables morceaux de statuaire. L'église Saint-Urbain de Troyes porte, au sommet des contre-forts de l'abside, des gargouilles fort remarquables; nous donnons l'une d'elles (8).


Pendant le XIVe siècle, les gargouilles sont généralement longues, déjà grêles et souvent chargées de détails; au XVe siècle, elles s'amaigrissent encore et prennent un caractère d'étrange férocité. Bien que les détails en soient fins et souvent trop nombreux, cependant leur masse conserve une allure franche, d'une silhouette énergique; les pattes, les ailes des animaux sont bien attachées, les têtes étudiées avec soin (9 et 9 bis). Ces parties importantes de la sculpture du moyen âge ont toujours été traitées par des mains exercées; elles conservent très-tard leur caractère original, et encore, aux premiers temps de la Renaissance, on voit, sur les édifices, des gargouilles qui conservent le style du XVe siècle. Ce n'est que pendant la seconde moitié du XVIe siècle que les sculpteurs repoussent absolument les anciennes formes données aux lanceurs, pour adopter des figures de chimères rappelant certaines figures antiques, ou des consoles, ou de simples tuyaux de pierre en forme de canons.


Pendant le moyen âge on n'a pas toujours sculpté les gargouilles;



quelquefois, dans les endroits qui n'étaient pas exposés à la vue, les gargouilles sont seulement épannelées. Il en est un grand nom cette sorte qui affectent une forme très-simple (10)1. Les gargouilles sont fréquentes dans l'Île-de-France, dans la Champagne et sur les bords basse Loire; elles sont rares en Bourgogne, dans le centre et le midi de la France; ou si l'on en trouve dans les monuments d'outre-Loire, c'est qu'elles tiennent à des édifices élevés aux XIIIe, XIVe et XVe siècles, par des architectes du Nord, comme la cathédrale de Clermont, celle de Limoges, celle de Carcassonne (Saint-Nazaire), celle de Narbonne. Là où les matériaux durs sont peu communs, comme en Normandie, par exemple, les gargouilles sont courtes, rarement sculptées, ou manquent absolument, les eaux s'égouttant des toits sans chéneaux.


Les chéneaux en plomb, posés sur les édifices civils ou religieux, portaient aussi leurs gargouilles de métal. Nous en possédons fort peu aujourd'hui de ce genre d'une époque antérieure au XVIe siècle. En voici une (11) qui se voit à l'angle d'une maison de Vitré; elle date du XVe siècle et est faite en plomb repoussé {voy. PLOMBERIE). Nous ne connaissons pas de gargouilles du moyen âge en terre cuite. Dans les édifices en brique, les gargouilles sont en pierre, ainsi qu'on peut le voir aux Jacobins de Toulouse, au collége Saint-Rémond, et dans beaucoup d'autres édifices anciens de la même ville.




1 : Notre-Dame de Paris.

Source documentEdit