Open main menu

Page:The Works of Lord Byron (ed. Coleridge, Prothero) - Volume 4.djvu/37

This page has been proofread, but needs to be validated.
11
THE PRISONER OF CHILLON.

travaillé à rendre Genève libre, il réussit à la rendre tolérante. Bonnivard engagea le Conseil à accorder [aux ecclésiastiques et aux paysans] un tems suffisant pour examiner les propositions qu'on leur faisait; il reússit par sa douceur: on prêche toujours le Christianisme avec succès quand on le prêche avec charité....

"Bonnivard fut savant: ses manuscrits, qui sont dans la bibliothèque publique, prouvent qu'il avait bien lu les auteurs classiques Latins, et qu'il avait approfondi la théologie et l'histoire. Ce grand homme aimait les sciences, et il croyait qu'elles pouvaient faire la gloire de Genève; aussi il ne négligea rien pour les fixer dans cette ville naissante; en 1551 il donna sa bibliothèque au public; elle fut le commencement de notre biblothèque publique; et ces livres sont en partie les rares et belles éditions du quinzième siècle qu'on voit dans notre collection. Enfin, pendant la même année, ce bon patriote institua la République son héritière, à condition qu'elle employerait ses biens à entretenir le collège dont on projettait la fondation.

"Il parait que Bonnivard mourut en 1570; mais on ne peut l'assurer, parcequ'il y a une lacune dans le Nécrologe depuis le mois de Juillet, 1570, jusques en 1571."—[Histoire Littéraire de Genève, par Jean Senebier (1741-1809), 1786, i. 131-137.]