Open main menu

The Works of the Rev. Jonathan Swift/Volume 12/From Jonathan Swift to l'abbé des Fontaines - 1

< The Works of the Rev. Jonathan Swift‎ | Volume 12


IL y a plus d'un mois que j'aye recu votre lettre du 4e Juillet, monsieur; mais l'exemplaire de la 2de édition de votre ouvrage ne m'a pas été encore remis. J'ai lû la préface de la première; et vous me permettrez de vous dire, que j'aye été fort surpris d'y voir, qu'en me donnant pour patrie un pais, dans lequel je suis né, vous avez trouvé à propos de m'attribuer un livre, qui porte le nom de son auteur, qui a eu le malheur de déplaire à quelques uns de nos ministres, et que je n'ai jamais avoué. Cette plainte, que je fais de votre conduite à mon égard, ne m'empêche pas de vous rendre justice. Les traducteurs donnent pour la plupart des louanges excessives aux ouvrages qu'ils traduisent, et s'imaginent peut-être, que leur réputation dépend en quelque façon de celles des auteurs, qu'ils ont choisis. Mais vous avez senti vos forces, qui vous mettent au dessus de pareilles précautions. Capable de corriger un mauvais livre, entreprise plus difficile, que celle d'en composer un bon, vous n'avez pas craint, de donner au public la traduction d'un ouvrage, que vous assurez être plein de polissoneries, de sottises, de puérilités, &c. Nous convenons ici, que le goût des nations n'est pas toujours le méme. Mais nous sommes portés à croire, que le bon gout est le même par tout, où il y a des gens d'esprit, de jugement & de sçavoir. Si donc les livres du sieur Gulliver ne sont calculés que pour les isles Britanniques, ce voyageur doit passer pour un très pitoyable écrivain. Les mêmes vices & les mêmes folies regnent par tout; du moins, dans tous les pays civilisés de l'Europe: & l'auteur, qui n'écrit que pour une ville, une province, un royaume, ou même un siècle, mérite si peu d'être traduit, qu'il ne mérite pas d'être lû.

Les partisans de ce Gulliver, qui ne laissent pas d'être en fort grand nombre chez nous, soutiennent, que son livre durera autant que notre langage, parce qu'il ne tire pas son mérite de certaines modes ou manières de penser et de parler, mais d'une suite d'observations sur les imperfections, les folies, et les vices de l'homme.

Vous jugez bien, que les gens, dont je viens de vous parler, n'approuvent pas fort votre critique; et vous serez sans doute surpris de sçavoir, qu'ils regardent ce chirurgien de vaisseau, comme un auteur grave, qui ne sort jamais de son sérieux, qui n'emprunte aucun fard, qui ne se pique point d'avoir de l'esprit, et qui se contente de communiquer au public, dans une narration simple et naive, les avantures, qui lui sont arrivées, et les choses qu'il a vûes, ou entendues dire pendant ses voyages.

Quant à l'article qui regarde milord Carteret, sans m'informer d'où voustirez vos mémoires, je vous dirai, que vous n'avez écrit que la moitié de la vérité; et que ce Drapier, ou réel ou supposé, a sauvé i'Irlande, en menant toute la nation contre un projet, qui devoit enrichir au dépens du public un certain nombre de particuliers.

Plusieurs accidens, qui sont arrivés, m'empêcheront de faire le voyage de France présentement, et je ne suis plus assez jeune pour me flatter de retrouver un autre occasion. Je sçais, que j'aye perdû beaucoup, et je suis très sensible à cette perte. L'unique consolation, qui me reste, c'est de songer, que j'en supporterai mieux le pays, auquel la fortune m'a condamne.


Copyright.svg PD-icon.svg This work is a translation and has a separate copyright status to the applicable copyright protections of the original content.
Original:

This work was published before January 1, 1924 and it is anonymous or pseudonymous due to unknown authorship. It is in the public domain in the United States as well as countries and areas where the copyright terms of anonymous or pseudonymous works are 100 years or less since publication.

 
Translation:

This work was published before January 1, 1924 and it is anonymous or pseudonymous due to unknown authorship. It is in the public domain in the United States as well as countries and areas where the copyright terms of anonymous or pseudonymous works are 100 years or less since publication.